Littérature   Cinéma   Peinture   Photographie   Musique   Philosophie

Culture-passion, le site culturel d'un "honnête homme", tel qu'on l'entendait au XVIIe siècle

Vous y trouverez une présentation critique de nombreux films et livres ainsi que des articles sur des photographes, des peintres, des philosophes, et des oeuvres musicales classiques.

Nouveautés :

Cinéma              Le retour                                                                                                                                                        Andreï Zviaguintsev     

Film russe d'Andreï Zviaguintsev sorti en 2003.
Magnifique film dans cette Russie intemporelle, grandiose et dépouillée que sait si bien filmer Andreï Zviaguintsev (voir "Le bannissement").
Deux adolescents vivent avec leur mère. Le père est parti. Un beau jour, la mère annonce à ses fils que le père est revenu (d'où, on ne le saura pas) et qu'il dort dans la chambre. Le père veut restaurer les liens de paternité. Est-ce qu'il s'y prend de la meilleure façon ? Il emmène ses deux fils pour une partie de pêche pendant quelques jours. Et il leur fait mener une vie plutôt rude, en pleine nature. Le plus grand admire ce père qui lui a si longtemps manqué. Mais le plus jeune ne l'entend pas de cette oreille...
Ce film a obtenu le lion d'or à Venise en 2003.

Littérature              L'accent grave et l'accent aigu                                                                                                               Jean Tardieu
Jean Tardieu est un grand poète français né en 1903 et mort en 1995. Il est également l'auteur d'oeuvres en prose et de pièces de théâtre.
Les poèmes de ce recueil ont été écrits de 1976 à 1983 et édités dans la magnifique collection "Poésie/Gallimard.
Le poète est sous l'emprise d'une angoisse métaphysique et existentielle. Mais la poésie ne s'explique pas, comme la musique, elle se ressent. Alors régalez-vous avec "les caractères illisibles", "le clown et son alter ego", "Nouvelle énigme pour Oedipe"....                           
                                                       Vieil homme vieil homme
                                                       arbre à la dure écorce
                                                      de quels bourgeons es-tu capable encore ?
Philosophie                        Cosmos                                                                                                                                                    Michel Onfray
Michel Onfray est un philosophe français, créateur de l'université populaire de Caen, très populaire dans les médias et auteur de plus de quatre-vingt ouvrages.
Influencé à la fois par le matérialisme, l'épicurisme, l'anarchisme, les cyniques et Nietzsche.
Décadence se présente comme une "histoire" du monde vue à travers l'histoire des religions, essentiellement la religion chrétienne. Pour lui, les religions sont avant tout des outils de domination qui coupent les hommes de la réalité du monde.
"Une religion, c'est une secte qui a réussi".
Pour Michel Onfray, le religion chrétienne, c'est la haine des corps et de la chair, le mépris de la sexualité, une vierge qui enfante...
C'est la religion du pouvoir ("Tout pouvoir vient de Dieu" -Saint Paul-) dont s'est habilement emparé l'empereur romain Constantin pour asseoir définitivement son empire.
                                                                                                                                    Lire la suite...
Musique                    Stabat Mater                                                                                                                                       Rossini
Le Stabat Mater de Rossini a été créé à Paris en 1842.
Stabar Mater = la mère se tenait debout (près de son fils crucifié) est une oeuvre pour choeur, orchestre et quatre solistes (ténor, basse, soprano, mezzo-soprano). Rossini est avant tout un compositeur d'opéras (le barbier de Séville, la pie voleuse...) et cette oeuvre religieuse doit beaucoup au langage de l'opéra. L'orchestre n'y joue pas un rôle majeur, la vedette étant dévolue surtout aux solistes. Le choeur y présente des parties intéressantes comme ce magnifique "Quando corpus morietur".
L'oeuvre ne plonge pas dans une spiritualité et un mysticisme exacerbés mais la fin est vraiment très prenante.
Il existe de très bonnes versions enregistrées (l'auteur de ces lignes l'a entendu en concert) : Carlo Maria Giulini avec le Philarmonia Chorus et Orchestra par exemple.
Cinéma                      Taxi Driver                                                                                                                              Martin Scorsese
Film américain de Martin Scorsese, sorti en 1976.
Un des plus grands films de tous les temps...? C'est un peu exagéré. Disons un bon film américain avec hélas beaucoup de violence. Ce taxi, conduit par le héros (Robert De Niro, excellent) qui parcourt les quartiers de New-York la nuit est bien sûr fascinant. Magnifique atmosphère !Mais ensuite on bascule dans la violence : prostitution, meurtres, fascination pour les armes...
L'histoire ? Travis n'arrive pas à dormir; alors il devient chauffeur de taxi de nuit dans New-York où il transporte toute une faune nocturne. Il se transforme ensuite en "regleur de comptes" qui veut débarrasser le ville de ses souteneurs et acolytes.
Ce film a été sélectionné par la Bibliothèque du Congrès pour être conservé vu son importance culturelle, historique ou esthétique".
Cinéma              Le Bannissement                                                                                                                                         Andreï Zviaguintsev
Film russe d'Andreï Zviaguintsev sorti en 2008.
Film au rythme lent, contemplatif, loin de l'excitation perpétuelle de nombreux films américains. Le lieu, l'époque sont assez indéterminés. Peut-être la Russie après la chute du communisme, une vieille maison au milieu d'un paysage grandiose et désolé. Un homme, sa femme et leurs deux enfants s'installent à la campagne, dans l'ancienne maison du père du héros. Pourquoi viennent-ils là ? On n'en saura rien de précis.
Et bientôt, la femme révèle à son mari qu'elle est enceinte, mais qu'il n'est pas le père de l'enfant. Que va-t-il faire ? La tuer peut-être ? Il y songe. Et il y a tous ces personnages qui interviennent, dont on ne sait pas grand-chose... Des hommes toujours, inquiétants dans leurs grosses voitures russes d'un autre âge. Tout est beaus et triste à la fois, délabré...
L'acteur principal, Konstantin Lavronenko s'est vu decerné le prix d'interprétation masculine au Festival de Cannes.
Littérature           Les démons    (Les possédés)                                                                                                                                          Dostoievski
"Les démons" est un roman de Dostoievski paru en feuilleton en 1871/1872.
Roman ne semble pas un terme bien exact pour ce livre; il s'agit plutôt d'un voyage littéraire dans le monde si particulier de Dostoievski. Il ne s'y passe pas grand chose, ou plutôt une multitude de situations et de bribes d'évènements. De nombreux personnages interviennent et l'on s'y perd facilement. Le monde de Dostoievski, c'est un monde mystique, ou l'amour de la terre russe et de son peuple se mêle à une religion populaire et à un questionnement perpétuel sur le socialisme et la révolution. Bien sûr, l'aristocrate Nikolaï Stavroguine est secrètement marié à Maria Lébiadkine la malade mentale. Il y a aussi le forçat évadé Fedka qui erre la nuit dans la ville...
Il faut entrer avec passion dans ce monde de la Russie du 19è siècle et s'intéresser à la biographie de l'auteur (Dominique Arban : Dostoievski au Seuil) pour mieux comprendre ces pages foisonnantes. Dostoievski dont le père, médecin, alcoolique après la mort de sa femme, a été assassiné par ses serfs. Dostoievski le "torturé", le "romancier des fous"...
"Je suis passionné de mystères, je suis un imaginatif, un mystique..."
Littérature       My absolute darling                                                                                                                                              Gabriel Tallent
Premier roman d'un jeune auteur américain, un best seller dès sa parution aux Etats-Unis.
C'est un récit très dur, parfois presque insoutenable, au coeur d'une certaine Amérique profonde faite de violence, de nature exubérante et de fascination pour les armes à feu.
Julia, 14 ans, qu'on appelle Turtle (et Croquette pour son père) vit seule avec celui-ci en Californie dans une "maison" qui semble vraiment en très mauvais état. Ce père ne travaille pas, sa fille n'aime guère l'école et préfère démonter, nettoyer remonter des armes et faire des cartons. Ce père est extrêmement violent et va même jusqu'à violenter sa fille. Celle-ci lui appartient puisque c'est sa fille..
Il faudra que ce père aille au bout de sa violence pour que sa fille réagisse enfin.
Cinéma                A serious Man                                                                                                                                                     Ethan & Joel Coen
Film américain (et britannico-français) des frères Coen sorti en 2009.
Une plongée dans l'univers des familles juives aux Etats-Unis. Larry Gopnik est un brave homme, un homme sérieux. Bon époux (?), bon père de famille, professeur de physique plein de mérite, mais pas encore titularisé. Mais voilà, tous les malheurs du monde semblent s'abattre sur lui : sa femme veut divorcer pour épouser un de leurs amis, sa fille ne pense qu'à son apparence physique, son fils fréquente une école juive où il se morfond et goûte à la drogue, son frère s'incruste chez lui...
On y apprend beaucoup de choses sur les différentes cérémonies et rites de la religion juive -on s'y moque aussi un peu des rabbins-. Que de malheurs pour ce pauvre Larry, et pourtant on est souvent amené à en rire -non, plutôt à en sourire-. A la fin, quand beaucoup de choses semblent s'arranger, un autre grand malheur va sûrement s'abattre sur le pauvre Larry....
Cinéma                  Le miroir                                                                                                                                                                Jafar Panahi
Film iranien de Jafar Panahi sorti en 1997.
Avec "le miroir", nous entrons dans ce monde si particulier du cinéma iranien.
Mina est une petite fille de 6/7 ans que sa mère doit attendre à la sortie de l'école, comme elle le fait tous les jours. Mais ce jour-là, la maman n'est pas là. Et Mina se retrouve livrée à elle-même, seule sur le trottoir de l'immense Téhéran. Elle se sent capable de rentrer chez elle toute seule. Elle se perd dans la ville, de bus en bus, rencontrant une multitude de personnes... (Beaux portraits de la population urbaine modeste de Téhéran).
On peut y voir une critique de la condition féminine en Iran, une réflexion sur la liberté (Jafar Panahi est obligé de tourner clandestinement dans son pays), mais c'est surtout une magnifique petite "actrice", qui finit d'ailleurs par en avoir assez de ce tournage et décide de réellement rentrer seule chez elle. L'équipe du film la suivant et la filmant alors à son insu.
Cinéma              Fin d'automne                                                                                                                                                          Yasujiro Ozu
Film japonais de Yasujiro Ozu réalisé en 1960 .
Ambiance toute japonaise, feutrée, souriante, calme, pleine de nombreuses courbettes. Le rythme est lent, avec de très beaux plans fixes.
Ayako est une charmante et jolie jeune fille qui vit avec sa mère depuis la mort du père. Elles sont très heureuses ensemble. La mère, Akiko, voudrait bien que sa fille se marie, mais elle craint aussi beaucoup de la perdre. La fille redoute de laisser sa mère seule. Trois vieux amis de la famille décident d'arranger tout cela. S'ils pouvaient remarier la mère, il n'y aurait plus d'obstacle au mariage de la fille. Il faut vous dire qu'ils sont eux-mêmes un peu amoureux, depuis longtemps, de celle-ci.
Et voilà où va le film, avec beaucoup de dégustations de saké, de parlottes et toujours un humour très fin.
Cinéma             La demoiselle d'honneur                                                                                                                 Claude Chabrol
Film français de Claude Chabrol sorti en 2004.
Très bon film de Claude Chabrol, avec comme souvent chez lui tension, suspense, amour, un brin d'horreur. Laura Smet est parfaite dans son rôle ambigu d'amoureuse violente et déjantée, jusqu'au crime.... Si parfaite qu'on a envie de la giffler, de la chasser, de la faire disparaître de la vie du gentil et dévoué Philippe Tardieu (Benoît Magimel).
L'histoire ? Philippe Tardieu, jeune homme dévoué et agent commercial estimé de son employeur, rencontre, lors du mariage de sa soeur, la ténébreuse Senta, une des demoiselles d'honneur, qui va comme l'envoûter. C'est le type même de la femme fatale, qui vit dans une cave et s'invente une vie d'actrice de théâtre et de modèle pour photographes.